Restauration muséale - Chaise Hoffmann

La renaissance d’un trésor d’Autriche…

C’est en janvier 2020, qu’un client me demande de restaurer une chaise ancienne.  Il me fait alors parvenir cette photographie (photo 1).

Chaise Hoffmann - avant
1 - Chaise ancienne - Janvier 2020
Chaise Hoffmann - suspension - avant
2 - Remplacement du recouvrement et reconstruction de la suspension

Début des recherches et découverte du fabricant

Immédiatement, je constate que la chaise a besoin de travaux important dont  le remplacement du matériau de recouvrement et la reconstruction de la suspension (photo 2). Toutefois, la forme de l’objet est particulièrement singulière et très belle. J’invite le client à venir à mon atelier avec la chaise afin que je puisse évaluer le travail à réaliser. Lors de cette visite, nous convenons d’une restauration de base.

Le côté singulier de la chaise et la beauté n’ont fait que grandir à partir du moment où on me l’a confié. Je décide donc de faire des recherches visant à identifier son origine. J’envoie à M. Stéphane Doyon, restaurateur de meuble au Centre de Conservation du Québec une photo de la chaise présentant une gravure dans la boiserie dans l’espoir qu’il m’aide à l’identifier  (photo 3).

Quelques jours plus tard, il m’avoue ne pas être en mesure de confirmer sa provenance mais il croit toutefois, qu’elle fait partie de la période art déco et daterait vraisemblablement du début vingtième siècle (1900). Il m’invite à venir le rencontrer à son atelier du Centre de Conservation. Cette rencontre a lieu fin janvier 2020. C’est lors de cette visite qu’on découvre l’identification du fabricant. Il s’agit de J&J Kohn de Vienne en Autriche (photo 4 et 5).

Chaise Hoffmann - gravure dans la boiserie
3 - Gravure dans la boiserie
Chaise Hoffmann - J&J Kohn
4 - Fabricant : J&J Kohn
Chaise Hoffmann - Provenance
5 - Identification de l'origine du fabricant

De l’encan à l’atelier…

De retour à notre atelier, mon employé Antoine Caillard poursuit ses recherches sur Internet et identifie la chaise. En 2015, le Palais Dorotheum de Vienne Autriche vendait à l’encan une paire de cette chaise et nous fournit alors sa description.

 (…) armchairs, Model No. 725 B/F, designed by Josef Hoffmann,

Vienna, c. 1905, manufactured by Jacob & Josef Kohn, bent beech, wooden balls, stained to simulate mahogany, the seats and backrests upholstered and covered with brown leather, decorative leather-covered studs, height 87 cm, width 58 cm, depth 60 cm, height of seat 50 cm. (DRAX)

Lit.: J. & J. Kohn factory catalogue, 1916, p. 53, no. 7

Specialist: Dr. Gerti Draxler

Rapidement, j’informe le client du résultat de nos recherches. Je lui propose alors deux avenues possibles :

  1. Réaliser une restauration muséale de la chaise afin de protéger ce legs de Josef Hofmann architecte et designer. Ce dernier créa en 1903 avec Koloman Moser le Weiner Werksatte (L’Atelier Viennois) qui regroupa les artistes autrichiens majeurs du début du siècle.
  2. Laisser la chaise dans son état actuel et la vendre. C’est à ce moment que mon client m’indique qu’il n’est pas propriétaire de la chaise mais qu’elle appartient plutôt à un ami qui vit à Montréal qui l’a entreposé chez lui depuis plus d’une dizaine d’années.

L’élément de décor d’un photographe de Québec

C’est à partir de ce moment que les discussions avec le propriétaire de la chaise ont débuté. Rapidement, ce dernier décida de nous mandater pour la réalisation de sa restauration de type muséale.

J’apprends que la chaise appartenait à son grand-père Jules Livernois, artiste photographe de Québec. La chaise était utilisée dans le studio du célèbre photographe comme élément de décor. Les archives photographiques des Livernois ayant été cédées au Musée National des Beaux-arts du Québec. C’est via cette institution que  nous avons pu retracer la chaise.

Sur la photo intitulé Portrait d’un communiant datée entre 1909 et 1930, on y aperçoit la chaise. (photo 6)

Portrait d’un communiant daté entre 1909 et 1930
6 - Portrait d’un communiant daté entre 1909 et 1930

À la recherche des matériaux d’origine

On y découvre alors que le recouvrement de la chaise était un textile et non un cuir. Débute notre recherche pour identifier le tissu d’origine. Elles s’orientent nécessairement vers Vienne et plus précisément, le Musée Léopold qui est le principal dépositaire des archives du Weiner Werksatte (L’Atelier Viennois).

Par personnes interposées, nous communiquons avec M. Patrick Rampelotto designer de produit à Vienne. Nous sommes extrêmement chanceux puisque nous découvrons que M. Rampelotto est l’un des designers du fabricant de tissu autrichien Backhausen et que le tissu que nous cherchons à identifier fut vraisemblablement produit par cette entreprise.

Une recherche aux archives de l’entreprise n’ont toujours pas permis d’identifier formellement le tissu que l’on retrouve sur la photo. Ces recherches se compliquent à cause de la pandémie et le peu de détail de la photo. M. Rampelotto nous conseille alors l’utilisation d’un tissu substitut conçu par Koloman Moser en 1901 soit : Orakelblume. Ce tissu est disponible en Amérique du Nord via Maharam à New-York.

Après discussions avec le restaurateur du Centre de Conservation M. Patrick Doyon, le propriétaire de la chaise, nous convenons d’utiliser le tissu proposé par M. Patrick Rampelotto. Les autres matériaux nécessaires pour la restauration de la chaise nous ont été fournis par Houlès. (crin de cheval, toile forte et autres produits).

La restauration, étapes par étapes

1. Retirer les clous décoratifs de l’assise et du dossier

2. Retirer l’ensemble des matériaux de recouvrement

3. Retirer les matériaux de bourre

4. Retirer les entoilages

5. Démonter la suspension d’assise

6. Nettoyage de la boiserie très délicatement afin de conserver le verni d’origine

7. Faire un premier traitement de la boiserie avec la cire Renaissance (micro-cristaline)

8. Boucher les trous dans la boiserie avec une pâte (colle poisson et sciure acajou)

9. Remettre en place et protéger les inscriptions du fabricant ( membrane Mylar, colle amidon cuit)

10. Sanglage en jute posé en quinconce

11. Positionnement et fixation des ressorts par couture

12. Guindage des ressorts

13. Pose de la toile forte et fixation des ressorts à cette dernière

14. Mise en crin de cheval, cardage et préparation de la toile d’embourrure

15. Pose de la toile d’embourrure, point de fond et rabattage de la toile

16. Pose du tissu de finition sur l’extérieur de dos

17. Pose de la toile forte et des lacets pour la mise en crin de cheval

18. Mise en crin

19. Pose de la toile d’embourrure et rabattage

20. Pose de la toile blanche

21. Pose du tissu de finition sur l’assise et l’avant de dos

22. Galonnage et cloutage au 2.5 cm

Voici quelques photos importantes présentant différents détails de la chaise